Accueil

Bienvenue sur le site de Claude Ammann

 Claude Ammann

Papa n'est pas mort, il chasse les lions en Afrique... (2014)

 

Théo, petit garçon esseulé, habite près d’un cimetière où il passe le plus clair de son temps à jouer, à guetter les feux-follets et à parler aux morts. Doté d’un pouvoir magique, il découvre un beau jour que ceux-ci lui répondent. Il y a entre autres Germaine la paysanne et Valentin, l’ancien militaire un peu bourru, qui se chamaillent gentiment entre eux, Monsieur Gadin et sa veuve éplorée, Daniel, un petit garçon de son âge, avec qui il va lier une solide amitié et tous ses bons morts comme ils les appellent. Mais il y a aussi les bons vivants : maman, mamie Colette, Pauline, la vieille voisine qui l’a pris en affection, Lucas, le meilleur copain, Marion et ses beaux yeux changeants, et surtout Octave, le chat, le compagnon de tous les jours. Tous vont contribuer à lui faire oublier l’absence de son père, parti, comme il le croit, chasser les lions en Afrique. Un pouvoir qui va se prolonger jusqu’au jour où un évènement va tout changer…

 

Le Petit Corsaire Bleu (2012) :

Le Petit Corsaire Bleu

Mon Dieu, la vie est bien compliquée dès que l’on s’interroge. Je voudrais parfois ne plus penser, ne plus retourner dans ma tête autant de choses aussi confuses, aussi embrouillées, c’est un vrai bazar là-dedans, je devrais juste me dire que j’ai beaucoup de chance, au fond, d’avoir des parents comme les miens (…)

Une autre phrase de maman que je déteste, c’est quand elle dit, à propos de tout et de rien : c’est pour ton bien… Je ne sais pas vraiment de quel bien elle parle ! Quand je suis malade et qu’elle me donne un médicament, ou un sirop pour la toux, je comprends qu’elle me dise : c’est pour ton mal, c’est-à-dire, pour t’aider à guérir plus vite, mais pour mon bien ! Si je vais bien, je n’ai pas besoin d’aller mieux. Décidément, je ne comprendrai jamais rien aux grandes personnes… 

L’auteur a vécu dans les Vosges jusqu’à l’âge de 19 ans. Elle est venue ensuite à Nancy où elle a fait toute sa carrière, après des études de Lettres. Elle partage à présent son temps entre l’écriture, la poésie et les joies de la nature.
Ce livre raconte ses souvenirs à Remiremont autour de l’âge de dix ans. Elle vit actuellement à Varangéville, entre Nancy et Lunéville.

Venez en découvrir des extraits

 

Le Miel et la ciguë (2010) :

Poèmes mis en image par Christine Mathis-Wehrlen

mielcigue.jpgDe tous temps les Hommes ont entretenu avec les plantes des relations privilégiées. Bienfaisantes ou guérisseuses, toxiques et même tueuses, ces dernières ont souvent exercé sur eux un grand pouvoir de fascination. Voici ressucités pour vous en quatorze poèmes, quelques uns de ces savoirs qui circulaient naguère dans nos campagnes et qui sont toujours présents dans nos esprits, pour peu que l'on s'y intéresse : si belladone, digitale, ciguë, pavot effraient encore par l'action violente de leur poison, la mystérieuse mandragore vous fascinera par son apparence humaine. Laissez-vous attirer sans crainte dans les filets de la sensuelle dionnée ou par les charmes de la gracieuse ancolie. Dans tous les cas, transportez-vous sans résistance le temps d'une visite dans l'univers magique et envoûtant des plantes.

Christine Mathis-Werlen consacre ses temps de loisir à la peinture et plus particulièrement à l'aquarelle, art dans lequel elle excelle. Elle participe à de nombreuses expositions en Lorraine et a obtenu plusieurs récompenses et prix régionaux.

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site